Contact : MJC de Saint-Auban - 04 92 64 17 24 - carrefourdescultures.mjc@gmail.com 

"Grâce au festival, j'ai appris des cultures différentes"

Wahid Cheklat, dit Amine, a 14 ans et il est en 4e au collège de Château-Arnoux Saint-Auban. Depuis son arrivée sur la commune, il y a un peu plus d'un an, il fréquente la MJC pour passer du temps avec les copains, participer à l'atelier graf, donner un coup de main au quotididien... "La MJC, c'est ma deuxième maison", dit-il. 

L'été dernier, il a fait la connaissance des jeunes artistes espagnols, français et italiens qui ont passé trois semaines à Saint-Auban, et il a participé au festival "Regarde sous tes fenêtres" organisé par la MJC. De quoi lui donner des envies de théâtre... Alors, il s'est lancé dans l'écriture d'une pièce qui sera travaillée lors des ateliers théâtre de la MJC, pour être présentée pendant la prochaine édition du festival. Pour écrire son scénario, Amine s'est inspiré d'un film indien, qu'il a vu traduit en arabe lorsqu'il vivait en Algérie, et qu'il a revisité à la sauce provençale... On est vraiment au "carrefour des cultures" !

 

 

- Amine, de quoi parle ta pièce ?

Amine : C'est une histoire d'amour... J'ai trouvé l'idée dans un film de Bollywood. Il y a deux amoureux, un garçon et une fille qui s'aiment tellement que si l'un se fait frapper à la main, l'autre est blessé au même endroit. Le père de la fille est riche, celui du garçon est pauvre. Alors, ils sont séparés quand ils sont enfants, mais une fois grands ils se retrouvent...Et ils seront encore séparés. Dans ma pièce, l'histoire se passera à Saint-Auban, entre la fille du directeur de l'usine et le fils d'un ouvrier ! Mais ce sera comme dans les films de Bollywood, avec beaucoup de danse et pas trop de dialogues.

 

- Qu'est-ce qui t'a donné envie de faire du théâtre ?

Amine : J'avais fait des petites pièces de théâtre en Algérie, quand j'étais en colonie de vacances. Quand il y a eu l'échange européen, je suis allé aux ateliers de théâtre que les artistes européens ont faits pour nous. On a fait un spectacle, et cette année, j'aimerais entrer encore plus dans le projet.

 

- Tu as rencontré cet été 25 jeunes artistes espagnols, italiens, français... C'était comment ?

Amine : Des moments inoubliables ! Je ne voulais pas qu'on se sépare. Quand ils sont partis, on a tous pleuré. J'ai appris des cultures différentes, le respect des gens, je me suis fait des amis de chaque pays... J'ai trop aimé.

Février 2015

Dix-sept récits de vie pour esquisser

une mémoire collective métissée

Leurs parents sont venus d'Arménie, du Portugal, d'Indochine, d'Algérie, d'Espagne, d'Italie, d'Ukraine, de Grèce... Leurs origines multiples sont à l'image de la commune, riche de sa diversité culturelle. Dix-sept habitants de Chateau-Arnoux Saint-Auban ont couché sur le papier leur parcours, leurs souvenirs, les espoirs de leur jeunesse et leur place, aujourd'hui, au sein de la communauté. Certains ont pris seuls la plume, d'autres ont été aidés par Jo Ros, un écrivain de la région, passionné par la mémoire ouvrière à laquelle il a consacré quatre romans. 

 

 

 

Illustrés avec sensibilité par l'artiste plasticienne Malooka, ces portraits et témoignages ont été réunis dans un livret, "On vient tous de quelque part", publié en avril 2014 par la MJC et le centre social La Marelle de Saint-Auban. A la fois album de famille et carnet de voyage, il nous entraine dans les méandres de la mémoire collective, démontrant à quel point l'autre, celui qui vient d'ailleurs, nous enrichit de sa différence.

 

Ce livret est né de la rencontre entre un groupe d'habitants, formé à partir de 2006 autour du centre social La Marelle, et l'écrivain Jo Ros. De passage sur la commune, il rédige une vingtaine de portraits de personnes d'âges, de cultures, d'horizons socio-professionnels différents. Depuis, certains portraits ont été repris, et de nouveaux témoignages ont été écrits par des habitants dans le cadre du projet "Carrefour des cultures". Ces récits ont servi de support à l'organisation de plusieurs évènements festifs et pédagogiques, et ont nourri, au cours de l'été 2014, une déambulation artistique créée par 25 jeunes Européens accueillis à Saint-Auban. 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now